L'Antre des Secrets est le lieu où vous pouvez écrire, lire et critiquer de la poésie. Il est un lieu d'échange et d'amitié.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amroth
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 299
Age : 38
Localisation : L'Antre des Secrets
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...   Sam 23 Aoû - 2:12

Ophélie
Arthur RIMBAUD (1854-1891)
(Recueil : Poésies)



Cliquez ici pour écouter

I

Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles
La blanche Ophélia flotte comme un grand lys,
Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles...
- On entend dans les bois lointains des hallalis.

Voici plus de mille ans que la triste Ophélie
Passe, fantôme blanc, sur le long fleuve noir.
Voici plus de mille ans que sa douce folie
Murmure sa romance à la brise du soir.

Le vent baise ses seins et déploie en corolle
Ses grands voiles bercés mollement par les eaux ;
Les saules frissonnants pleurent sur son épaule,
Sur son grand front rêveur s'inclinent les roseaux.

Les nénuphars froissés soupirent autour d'elle ;
Elle éveille parfois, dans un aune qui dort,
Quelque nid, d'où s'échappe un petit frisson d'aile :
- Un chant mystérieux tombe des astres d'or.

II

Ô pâle Ophélia ! belle comme la neige !
Oui tu mourus, enfant, par un fleuve emporté !
- C'est que les vents tombant des grands monts de Norwège
T'avaient parlé tout bas de l'âpre liberté ;

C'est qu'un souffle, tordant ta grande chevelure,
A ton esprit rêveur portait d'étranges bruits ;
Que ton coeur écoutait le chant de la Nature
Dans les plaintes de l'arbre et les soupirs des nuits ;

C'est que la voix des mers folles, immense râle,
Brisait ton sein d'enfant, trop humain et trop doux ;
C'est qu'un matin d'avril, un beau cavalier pâle,
Un pauvre fou, s'assit muet à tes genoux !

Ciel ! Amour ! Liberté ! Quel rêve, ô pauvre Folle !
Tu te fondais à lui comme une neige au feu :
Tes grandes visions étranglaient ta parole
- Et l'Infini terrible effara ton oeil bleu !

III

- Et le Poète dit qu'aux rayons des étoiles
Tu viens chercher, la nuit, les fleurs que tu cueillis ;
Et qu'il a vu sur l'eau, couchée en ses longs voiles,
La blanche Ophélia flotter, comme un grand lys.

_________________
Va jusqu’au bout de tes erreurs, au moins de quelques-unes, de façon à en bien pouvoir observer le type. Sinon, t’arrêtant à mi-chemin, tu iras toujours aveuglément reprenant le même genre d’erreurs, de bout en bout de ta vie, ce que certains appelleront ta « destinée ». L’ennemi, qui est ta structure, force-le à se découvrir. Si tu n’as pu gauchir ta destinée, tu n’auras été qu’un appartement loué.


http://mens-divinior.blogspirit.com


Dernière édition par Amroth le Sam 23 Aoû - 14:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mens-divinior.blogspirit.com/
Amroth
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 299
Age : 38
Localisation : L'Antre des Secrets
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Re: Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...   Sam 23 Aoû - 3:04

Le dormeur du val
Arthur RIMBAUD (1854-1891)
(Recueil : Poésies)



Cliquez ici pour écouter

C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

_________________
Va jusqu’au bout de tes erreurs, au moins de quelques-unes, de façon à en bien pouvoir observer le type. Sinon, t’arrêtant à mi-chemin, tu iras toujours aveuglément reprenant le même genre d’erreurs, de bout en bout de ta vie, ce que certains appelleront ta « destinée ». L’ennemi, qui est ta structure, force-le à se découvrir. Si tu n’as pu gauchir ta destinée, tu n’auras été qu’un appartement loué.


http://mens-divinior.blogspirit.com


Dernière édition par Amroth le Sam 23 Aoû - 14:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mens-divinior.blogspirit.com/
Amroth
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 299
Age : 38
Localisation : L'Antre des Secrets
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Re: Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...   Sam 23 Aoû - 3:07

Le Pont Mirabeau
Guillaume Apollinaire
(1880 - 1918)



Cliquez ici pour écouter

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure


_________________
Va jusqu’au bout de tes erreurs, au moins de quelques-unes, de façon à en bien pouvoir observer le type. Sinon, t’arrêtant à mi-chemin, tu iras toujours aveuglément reprenant le même genre d’erreurs, de bout en bout de ta vie, ce que certains appelleront ta « destinée ». L’ennemi, qui est ta structure, force-le à se découvrir. Si tu n’as pu gauchir ta destinée, tu n’auras été qu’un appartement loué.


http://mens-divinior.blogspirit.com


Dernière édition par Amroth le Sam 23 Aoû - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mens-divinior.blogspirit.com/
Amroth
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 299
Age : 38
Localisation : L'Antre des Secrets
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Re: Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...   Sam 23 Aoû - 3:12

Spleen
Charles BAUDELAIRE (1821-1867)
(Recueil : Les fleurs du mal)



Cliquez ici pour écouter

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l'Espérance, comme une chauve-souris,
S'en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D'une vaste prison imite les barreaux,
Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

- Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l'Espoir,
Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.


_________________
Va jusqu’au bout de tes erreurs, au moins de quelques-unes, de façon à en bien pouvoir observer le type. Sinon, t’arrêtant à mi-chemin, tu iras toujours aveuglément reprenant le même genre d’erreurs, de bout en bout de ta vie, ce que certains appelleront ta « destinée ». L’ennemi, qui est ta structure, force-le à se découvrir. Si tu n’as pu gauchir ta destinée, tu n’auras été qu’un appartement loué.


http://mens-divinior.blogspirit.com


Dernière édition par Amroth le Sam 23 Aoû - 14:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mens-divinior.blogspirit.com/
amar26366
Maître de rimes
Maître de rimes
avatar

Nombre de messages : 349
Localisation : L'Antre des Secrets
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Ecoutez de la poésie   Sam 23 Aoû - 9:59

Salut Amroth
Merci pour cette initiative Applaudir
Tu vois où mène l'idée de la musique bom

Mes amitiés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.Desmots.blogg.org
Amroth
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 299
Age : 38
Localisation : L'Antre des Secrets
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Re: Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...   Sam 23 Aoû - 11:42

Oui Amar, c'est bien grâce à toi que j'ai eu cette idée, merci Very Happy

_________________
Va jusqu’au bout de tes erreurs, au moins de quelques-unes, de façon à en bien pouvoir observer le type. Sinon, t’arrêtant à mi-chemin, tu iras toujours aveuglément reprenant le même genre d’erreurs, de bout en bout de ta vie, ce que certains appelleront ta « destinée ». L’ennemi, qui est ta structure, force-le à se découvrir. Si tu n’as pu gauchir ta destinée, tu n’auras été qu’un appartement loué.


http://mens-divinior.blogspirit.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mens-divinior.blogspirit.com/
Amroth
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 299
Age : 38
Localisation : L'Antre des Secrets
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Re: Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...   Sam 23 Aoû - 14:22

Qu'en avez-vous fait ?
Marceline DESBORDES-VALMORE (1786-1859)
(Recueil : Elégies)



Cliquez ici pour écouter

Vous aviez mon coeur,
Moi, j'avais le vôtre :
Un coeur pour un coeur ;
Bonheur pour bonheur !

Le vôtre est rendu,
Je n'en ai plus d'autre,
Le vôtre est rendu,
Le mien est perdu !

La feuille et la fleur
Et le fruit lui-même,
La feuille et la fleur,
L'encens, la couleur :

Qu'en avez-vous fait,
Mon maître suprême ?
Qu'en avez-vous fait,
De ce doux bienfait ?

Comme un pauvre enfant
Quitté par sa mère,
Comme un pauvre enfant
Que rien ne défend,

Vous me laissez là,
Dans ma vie amère ;
Vous me laissez là,
Et Dieu voit cela !

Savez-vous qu'un jour
L'homme est seul au monde ?
Savez-vous qu'un jour
Il revoit l'amour ?

Vous appellerez,
Sans qu'on vous réponde ;
Vous appellerez,
Et vous songerez !...

Vous viendrez rêvant
Sonner à ma porte;
Ami comme avant,
Vous viendrez rêvant.

Et l'on vous dira :
" Personne !... elle est morte. "
On vous le dira ;
Mais qui vous plaindra ?

_________________
Va jusqu’au bout de tes erreurs, au moins de quelques-unes, de façon à en bien pouvoir observer le type. Sinon, t’arrêtant à mi-chemin, tu iras toujours aveuglément reprenant le même genre d’erreurs, de bout en bout de ta vie, ce que certains appelleront ta « destinée ». L’ennemi, qui est ta structure, force-le à se découvrir. Si tu n’as pu gauchir ta destinée, tu n’auras été qu’un appartement loué.


http://mens-divinior.blogspirit.com


Dernière édition par Amroth le Sam 23 Aoû - 14:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mens-divinior.blogspirit.com/
Amroth
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 299
Age : 38
Localisation : L'Antre des Secrets
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Re: Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...   Sam 23 Aoû - 14:24

L'albatros
Charles BAUDELAIRE (1821-1867)
(Recueil : Les fleurs du mal)



Cliquez ici pour écouter

Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

_________________
Va jusqu’au bout de tes erreurs, au moins de quelques-unes, de façon à en bien pouvoir observer le type. Sinon, t’arrêtant à mi-chemin, tu iras toujours aveuglément reprenant le même genre d’erreurs, de bout en bout de ta vie, ce que certains appelleront ta « destinée ». L’ennemi, qui est ta structure, force-le à se découvrir. Si tu n’as pu gauchir ta destinée, tu n’auras été qu’un appartement loué.


http://mens-divinior.blogspirit.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mens-divinior.blogspirit.com/
Amroth
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 299
Age : 38
Localisation : L'Antre des Secrets
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Re: Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...   Sam 23 Aoû - 15:06

La vie antérieure
Charles BAUDELAIRE (1821-1867)
(Recueil : Les fleurs du mal)



Cliquez ici pour écouter

J'ai longtemps habité sous de vastes portiques
Que les soleils marins teignaient de mille feux,
Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,
Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.

Les houles, en roulant les images des cieux,
Mêlaient d'une façon solennelle et mystique
Les tout-puissants accords de leur riche musique
Au couleurs du couchant reflété par mes yeux.

C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes,
Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs,
Et des esclaves nus, tout imprégnés d'odeurs,

Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes,
Et dont l'unique soin était d'approfondir
Le secret douloureux qui me faisait languir.

_________________
Va jusqu’au bout de tes erreurs, au moins de quelques-unes, de façon à en bien pouvoir observer le type. Sinon, t’arrêtant à mi-chemin, tu iras toujours aveuglément reprenant le même genre d’erreurs, de bout en bout de ta vie, ce que certains appelleront ta « destinée ». L’ennemi, qui est ta structure, force-le à se découvrir. Si tu n’as pu gauchir ta destinée, tu n’auras été qu’un appartement loué.


http://mens-divinior.blogspirit.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mens-divinior.blogspirit.com/
Amroth
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 299
Age : 38
Localisation : L'Antre des Secrets
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Re: Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...   Sam 23 Aoû - 15:12

L'irréparable
Charles BAUDELAIRE (1821-1867)
(Recueil : Les fleurs du mal)



Cliquez ici pour écouter

Pouvons-nous étouffer le vieux, le long Remords,
Qui vit, s'agite et se tortille,
Et se nourrit de nous comme le ver des morts,
Comme du chêne la chenille ?
Pouvons-nous étouffer l'implacable Remords ?

Dans quel philtre, dans quel vin, dans quelle tisane,
Noierons-nous ce vieil ennemi,
Destructeur et gourmand comme la courtisane,
Patient comme la fourmi ?
Dans quel philtre ? - dans quel vin ? - dans quelle tisane ?

Dis-le, belle sorcière, oh ! dis, si tu le sais,
A cet esprit comblé d'angoisse
Et pareil au mourant qu'écrasent les blessés,
Que le sabot du cheval froisse,
Dis-le, belle sorcière, oh ! dis, si tu le sais,

A cet agonisant que le loup déjà flaire
Et que surveille le corbeau,
A ce soldat brisé ! s'il faut qu'il désespère
D'avoir sa croix et son tombeau ;
Ce pauvre agonisant que déjà le loup flaire !

Peut-on illuminer un ciel bourbeux et noir ?
Peut-on déchirer des ténèbres
Plus denses que la poix, sans matin et sans soir,
Sans astres, sans éclairs funèbres ?
Peut-on illuminer un ciel bourbeux et noir ?

L'Espérance qui brille aux carreaux de l'Auberge
Est soufflée, est morte à jamais !
Sans lune et sans rayons, trouver où l'on héberge
Les martyrs d'un chemin mauvais !
Le Diable a tout éteint aux carreaux de l'Auberge !

Adorable sorcière, aimes-tu les damnés ?
Dis, connais-tu l'irrémissible ?
Connais-tu le Remords, aux traits empoisonnés,
A qui notre coeur sert de cible ?
Adorable sorcière, aimes-tu les damnés ?

L'Irréparable ronge avec sa dent maudite
Notre âme, piteux monument,
Et souvent il attaque, ainsi que le termite,
Par la base le bâtiment.
L'Irréparable ronge avec sa dent maudite !

- J'ai vu parfois, au fond d'un théâtre banal
Qu'enflammait l'orchestre sonore,
Une fée allumer dans un ciel infernal
Une miraculeuse aurore ;
J'ai vu parfois au fond d'un théâtre banal

Un être, qui n'était que lumière, or et gaze,
Terrasser l'énorme Satan ;
Mais mon coeur, que jamais ne visite l'extase,
Est un théâtre où l'on attend
Toujours, toujours en vain, l'Être aux ailes de gaze !

_________________
Va jusqu’au bout de tes erreurs, au moins de quelques-unes, de façon à en bien pouvoir observer le type. Sinon, t’arrêtant à mi-chemin, tu iras toujours aveuglément reprenant le même genre d’erreurs, de bout en bout de ta vie, ce que certains appelleront ta « destinée ». L’ennemi, qui est ta structure, force-le à se découvrir. Si tu n’as pu gauchir ta destinée, tu n’auras été qu’un appartement loué.


http://mens-divinior.blogspirit.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mens-divinior.blogspirit.com/
Amroth
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 299
Age : 38
Localisation : L'Antre des Secrets
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Re: Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...   Sam 23 Aoû - 15:16

Sully Prudhomme
Les Solitudes



Cliquez ici pour écouter

Sans bruit, sous le miroir des lacs profonds et calmes,
Le cygne chasse l'onde avec ses larges palmes,
Et glisse. Le duvet de ses flancs est pareil
A des neiges d'avril qui croulent au soleil;
Mais, ferme et d'un blanc mat, vibrant sous le zéphire
Sa grande aile l'entraîne ainsi qu'un lent navire.
Il dresse son beau col au-dessus des roseaux,
Le plonge, le promène allongé sur les eaux,
Le courbe gracieux comme un profil d'acanthe,
Et cache son bec noir dans sa gorge éclatante.
Tantôt le long des pins, séjour d'ombre et de paix,
Il serpente, et, laissant les herbages épais
Traîner derrière lui comme une chevelure,
Il va d'une tardive et languissante allure.
La grotte où le poète écoute ce qu'il sent,
Et la source qui pleure un éternel absent,
Lui plaisent; il y rôde; une feuille de saule
En silence tombée effleure son épaule.
Tantôt il pousse au large, et, loin du bois obscur,
Superbe, gouvernant du côté de l'azur,
Il choisit, pour fêter sa blancheur qu'il admire,
La place éblouissante où le soleil se mire.
Puis, quand les bords de l'eau ne se distinguent plus,
A l'heure où toute forme est un spectre confus,
Où l'horizon brunit rayé d'un long trait rouge,
Alors que pas un jonc, pas un glaïeul ne bouge,
Que les rainettes font dans l'air serein leur bruit,
Et que la luciole au clair de lune luit,
L'oiseau, dans le lac sombre où sous lui se reflète
La splendeur d'une nuit lactée et violette,
Comme un vase d'argent parmi des diamants,
Dort, la tête sous l'aile, entre deux firmaments.

_________________
Va jusqu’au bout de tes erreurs, au moins de quelques-unes, de façon à en bien pouvoir observer le type. Sinon, t’arrêtant à mi-chemin, tu iras toujours aveuglément reprenant le même genre d’erreurs, de bout en bout de ta vie, ce que certains appelleront ta « destinée ». L’ennemi, qui est ta structure, force-le à se découvrir. Si tu n’as pu gauchir ta destinée, tu n’auras été qu’un appartement loué.


http://mens-divinior.blogspirit.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mens-divinior.blogspirit.com/
claude chatron-colliet
Maître de vers
Maître de vers
avatar

Nombre de messages : 157
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Très belle initiative   Sam 23 Aoû - 17:50

Magnifique!

Quelle belle initiative en effet.

Ophélie me parle plus que tout autre.
Quand à Marcelline je m'en sens parfois si proche..
Merci Amroth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leseauxvives.blogspirit.com
Amroth
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 299
Age : 38
Localisation : L'Antre des Secrets
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Re: Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...   Sam 23 Aoû - 19:26

Merci Claude, j'aime aussi Ophélie, je la préfère aux autres, elle m'envoie planer dans des cieux extraordinaires.

Merci mon amie.

_________________
Va jusqu’au bout de tes erreurs, au moins de quelques-unes, de façon à en bien pouvoir observer le type. Sinon, t’arrêtant à mi-chemin, tu iras toujours aveuglément reprenant le même genre d’erreurs, de bout en bout de ta vie, ce que certains appelleront ta « destinée ». L’ennemi, qui est ta structure, force-le à se découvrir. Si tu n’as pu gauchir ta destinée, tu n’auras été qu’un appartement loué.


http://mens-divinior.blogspirit.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mens-divinior.blogspirit.com/
melissane
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 332
Date d'inscription : 01/08/2008

MessageSujet: Re: Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...   Sam 23 Aoû - 21:15

Merci pour ces cadeaux ! C'est marrant... j'avais posté moi aussi le poème de Marcelline Desbordes-Valmor dans une autre forum !
J'aime beaucoup cette poétesse dont les poèmes, me rappellent ceux de Alphonse de Lamartine.

Merci beaucoup !

_________________
le reflet de toi-même n'est pas dans ton miroir mais dans le regard de l'autre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amroth
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 299
Age : 38
Localisation : L'Antre des Secrets
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Re: Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...   Dim 24 Aoû - 20:49

De rien Mélissane, tout le plaisir est pour moi Wink

_________________
Va jusqu’au bout de tes erreurs, au moins de quelques-unes, de façon à en bien pouvoir observer le type. Sinon, t’arrêtant à mi-chemin, tu iras toujours aveuglément reprenant le même genre d’erreurs, de bout en bout de ta vie, ce que certains appelleront ta « destinée ». L’ennemi, qui est ta structure, force-le à se découvrir. Si tu n’as pu gauchir ta destinée, tu n’auras été qu’un appartement loué.


http://mens-divinior.blogspirit.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mens-divinior.blogspirit.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ecoutez de la poésie, la véritable beauté ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La véritable beauté ????
» La véritable histoire du Titanic
» Le Véritable Visage de la Lumière
» La véritable histoire du titanic [court métrage]
» La véritable histoire du Grand Méchant Loup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Antre des Secrets :: Initiation à la poésie :: L'école des poètes-
Sauter vers: