L'Antre des Secrets est le lieu où vous pouvez écrire, lire et critiquer de la poésie. Il est un lieu d'échange et d'amitié.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Compter les syllabes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amroth
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 299
Age : 38
Localisation : L'Antre des Secrets
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Compter les syllabes   Sam 5 Juil - 16:00

Compter les syllabes :

La versification est attachée au nombre des syllabes dans les vers. Il y a aussi la versification rythmique, qui dépend de la place des syllabes accentuées ou atones dans les vers. Deux difficultés portent sur l'e caduc et sur les Diérèses et synérèses. Les vers de mesure paire (6, 8, 10, 12 syllabes) ont été à peu près les seuls employés jusqu'aux révolutions poétiques du XIXe siècle.

Le "e" caduc:

Il compte toujours comme syllabe quand il est placé entre deux consonnes :

Quand Colette Colet colie 8
Elle le prend par le colet... 8
Eustache Deschamps

Il ne compte pas comme syllabe devant un mot commençant par une voyelle ou un h muet :
Voyons dans cet octosyllabe:
...
Pour contenter notre désir 8
Et satisfaire à notre attente 8
Ne faîtes qu'un demi-soupir 8
Et nous en ferons plus de trente. 8
Charles Cotin

L'e ne compte pas suivi des consonnes s, nt :

Tous les vices ont leur tanière, les exquis 10 Tous les vic'ont...
Et les hideux, dans ces déserts de pierres blanches... 12 ... de pierres blanch'
Paul Verlaine

L'e ne compte pas à la fin du vers:

Quand nous habitions tous ensemble 8 Quand nous habitions tous ensembl'
Sur nos collines d'autrefois, 8 Sur nos collines d'autrefois,
Où l'eau court, où le buisson tremble 8 Où l'eau court, où le buisson trembl'
Dans la maison qui touche aux bois... 8 Dans la maison qui touch' aux bois...
Victor Hugo

Dans le vers, l'e caduc, suivi des consonnes s, nt, compte cependant toujours pour une syllabe, même devant une voyelle ou un h muet

Les crépuscules blancs tiédissent sur mon crâne.
Mallarmé

Placé à l'intérieur d'un mot, entre une voyelle et une consonne, l'e caduc ne compte pas.

Je ne t'envierai pas ce beau titre d'honneur.
Corneille

Diérèses et synérèses:

Quand plusieurs voyelles se suivent dans un mot, il faut savoir combien elles forment de syllabes, car la diction du poème en dépend.
La prononciation en deux syllabes de deux voyelles côte à côte s'appelle une diérèse.
La prononciation en une syllabe de deux voyelles côte à côte s'appelle une synérèse.
C'est d'habitude le versificateur qui décide de la prononciation et non l'étymologie.

La césure :

C'est une coupure, un repos placé dans un vers après une syllabe accentuée.
...
Mais si quelqu'un venait /de la part de Cassandre; césure due au groupe fonctionnel
Ouvre lui tôt la porte, /et ne la fais attendre; césure due à la virgule et à la conjonction "et"
Soudain entre en ma chambre /et me viens accoutrer... césure due à la conjonction de coordination "et"
Pierre de Ronsard

Dans cet extrait d'un poème de Ronsard, les 3 alexandrins ont une césure entre la sixième et la septième syllabe: Chaque moitié du vers se nomme hémistiche.

L'hiatus :

Il se produit un hiatus quand deux voyelles, l'une finale, l'autre initiale se rencontrent. Ceci est surtout mal venu lorsqu'une voyelle rencontre une même voyelle:
Il se réveilla à l'aube.
J'ai évité la pluie.

Quand un mot commence par un h aspiré, il n'y a pas de hiatus.

Il me passa sa hache.

Finalement, il faudrait éviter l'hiatus qui choque l'oreille à la diction.

L'enjambement et le rejet :

Enjambement :

Une partie du vers suivant, comptant quelques mots est contenue dans le vers précédent :

Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme; l'espoir,
Vaincu, pleure, et l'angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.
Charles Baudelaire, Spleen

rejet :

Une partie du vers précédent (quelques mots) est contenue dans le vers suivant.

Le spectacle fini, la charmante inconnue
Se leva ; le cou blanc, l'épaule demi-nue
Se voilèrent; la main rentra dans le manchon.
Et, lorsque je la vis au seuil de sa maison
S'enfuir, je m'aperçus que je l'avais suivie.
Alfred de Musset

Le rejet ou l'enjambement permettent de mettre en valeur les mots les plus expressifs, les actions, les impressions importantes.

La rime :

A la fin d'au moins deux vers, les syllabes des derniers mots comportent un son commun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mens-divinior.blogspirit.com/
 
Compter les syllabes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poème sur la guerre (compter des syllabes).
» Compter les pieds en poésie...
» Vous aider dans le comptage des pieds
» Alors heureux de compter Le Comte parmis vous....?
» heureuse de compter parmi vous!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Antre des Secrets :: Initiation à la poésie :: L'école des poètes-
Sauter vers: